oumelbanine guercif
عزيزي الزائر اهلا بك في اسرة منتديات oumelbanine2011هذه الرسالة تفيد بأنك غير مسجل يتوجب عليك التسجيل لتتمكن من رؤية روابط التحميل والمساهمة في المنتدى - تفضل لتنشر ما تعرف وتساعد غيرك لنرقى بتعليمنا الى الافضل.
تفضل ولا تتردد.
oumelbanine guercif
هل تريد التفاعل مع هذه المساهمة؟ كل ما عليك هو إنشاء حساب جديد ببضع خطوات أو تسجيل الدخول للمتابعة.

oumelbanine guercif

تربية-إسلاميات-ترفيه-رياضة-بيئة-مجتمع-صحة-طبخ-صحف-موسوعات...
 
الرئيسيةالبوابةالتسجيلدخول

 

 les jeunes et internet

اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
مصباح الامل سعيد
Admin
Admin
مصباح الامل سعيد


les jeunes et internet Empty
مُساهمةموضوع: les jeunes et internet   les jeunes et internet Emptyالثلاثاء 24 نوفمبر 2015 - 11:57

Internet et les jeunes

Introduction

I. Quels usages font les jeunes sur Internet ?
-Les jeunes, leurs amis et l’Internet
- Les jeunes, l’école et l’Internet
II. Les jeunes marocains et l’Internet.
- Enquête
III. Dangers d’Internet
-Addiction à l’Internet
-Comment savoir si vous êtes accro ?
IV. Images
V. Débat :- Vous êtes pour ou contre l’usage d’Internet ?

-Racontez une expérience qui vous est arrivé ou à quelqu’un que vous connaissez

Introduction

Quels usages les jeunes font-ils de l’Internet, comment considèrent-ils ce média, que représente-t-il dans leur vie quotidienne ? Autant de questions auxquelles il est nécessaire de savoir répondre pour conduire une stratégie interactive efficace auprès de ce segment.

Pour les jeunes, Internet n’est pas une nouvelle technologie mais une sorte de synthèse entre des outils qu’ils maîtrisaient déjà plus ou moins bien avant l’apparition du web comme : le pager, le mobile, la console de jeux, la télévision, la radio, l’ordinateur.
Chacun utilise Internet en fonction de ses centres d’intérêts. Si les entreprises l’ont transformé à une époque en un eldorado pour y tester de nombreux business models, Internet est tout naturellement devenu pour les jeunes une occasion de plus de se distraire, s’instruire, se faire des amis.

I. Quels usages font les jeunes sur Internet ?

Les jeunes, leurs amis et le Web

Internet prend une part de plus en plus importante dans la vie sociale des jeunes. Le chat ou l’email jouent un rôle au moins aussi important que le téléphone dans leur relation avec les autres. Au même titre que l’usage exponentiel fait depuis quelques années du SMS.

Internet joue un rôle faible pour se faire de nouveaux amis, mais il permet de renforcer une amitié ou de la faire vivre au quotidien, par exemple, en se fixant facilement des rendez-vous ou en s’échangeant de nombreux fichiers (musiques, blagues,…). Il faut cependant noter qu’Internet crée une certaine désinhibition qui permet à certains caractères de se créer plus facilement des contacts. L’ordinateur induit en effet une distance qui permet parfois d’exprimer certaines pensées qui seraient difficile à formuler face à face. Comme le montre Elisheva Groos de l’Université de Californie (Elisheva Gross, Jaana Juvonen, Shelly L. Gable. « Internet use and well-being in adolescence. » UCLA, 2001) « Internet renforce les relations chez les jeunes déjà bien socialisés et peut au contraire permettre de combler un vide chez les plus isolés ».

Internet pose aussi d’intéressantes questions relatives à la personnalité des jeunes.
En effet, une majorité d’entres eux utilisent plusieurs pseudos en fonction du contexte. Internet leur permet à ce titre d’explorer leur personnalité en formation. Bien sûr certains pointeront tout de suite les dérives possibles, comme ne plus faire la différence entre le monde réel ou virtuel. Au-delà de ces risques jamais totalement absents, on doit surtout y voir une façon d’explorer facilement différentes personnalités afin, au final, de mieux se connaître soi-même.
Grâce à cela les jeunes sont peut-être aussi davantage conscients, ce qui est fort utile, de la confiance très relative qu’il faut accorder aux informations qui circulent sur le web ou du fait qu’une personne peut très bien n’être pas celle qu’elle prétend.

Le fait de partager avec certains amis privilégiés ses mots de passe est un facteur très spécifique aux jeunes, en tout cas à une partie d’entre eux. Il représente un vrai signe de confiance de leur part envers leurs amis.
En effet, les relations entres adultes produisent rarement ce genre de phénomène.
Les jeunes, pour qui il est parfois difficile de se déplacer loin de leur domicile, utilisent aussi Internet pour entretenir les liens avec leurs amis éloignés (rencontrés en vacances, de leurs anciennes écoles, de leur ancien quartier en cas de déménagement, etc.).

Les jeunes exploitent enfin pleinement les possibilités de communication d’Internet en menant par exemple de multiples clavardages simultanés et en l’utilisant comme un véritable outil de travail collaboratif pour fixer des rendez-vous organiser des activités en groupe de façon bien plus commode qu’avec d’autres moyens de communication.

Les jeunes, leur famille et le Web

Internet à aussi une place importante dans les relations familiales. Les jeunes sont généralement des internautes plus avertis que leurs parents. Cette situation conduit à un renversement des rôles souvent bénéfique. En effet, cela peut permettre de nouer des relations nouvelles avec les parents qui sont dans la position de l’apprenant, les jeunes ayant ainsi l’occasion de leur dispenser un savoir.

Les parents ont par contre de nombreuses craintes vis-à-vis d’Internet pour leurs enfants. Ils ont de plus des difficultés à se positionner car Internet signifie aussi ordinateur, et donc un objet mal identifié qui va servir à la fois à chercher des informations pour un exposé, à jouer à des jeux vidéos, à discuter avec des amis.
Dans bien des cas, ils imposent donc des limitations dans l’utilisation de l’ordinateur (jeux vidéos, discussions sans fin avec les camarades) en essayant que cela ne soit pas aux dépends des bénéfices potentiels du web (ouverture sur le monde, source d’informations encyclopédique,...).
Internet est donc bien souvent un sujet de conflit entre les jeunes et leurs parents voire avec leurs frères et sœurs car les foyers n’ont généralement qu’un seul ordinateur.
Quand vient s’ajouter à cela un mode de connexion non illimité, les tensions peuvent devenir plus importantes encore puisque tout dépassement a alors une traduction financière.

Dans de nombreux cas les parents essayent de passer un peu de temps à côté de leurs enfants quand ils surfent, compte-tenu de la nature potentiellement dangereuse de certains contenus.
Les fournisseurs d’accès communiquent par ailleurs de plus en plus sur ce thème afin de mettre en avant les systèmes de filtrage qui accompagnent leurs forfaits.
Souvent l’ordinateur est situé dans un espace ouvert qui permet un contrôle facile des contenus.

Les jeunes, l’école et le Web

Dans l’esprit des jeunes – entre autres - Internet a remplacé les encyclopédies et les bibliothèques. Dans l’esprit des parents, nous l’avons vu, Internet est un outil efficace pour l’apprentissage de leurs enfants. Les pouvoirs publics aussi par les différents financements qu’ils ont mis en place poussent les écoles à être connectées.
Sans doute les jeunes apprendront-ils au travers de cet usage scolaire à s’interroger sur la qualité et la véracité des informations qu’ils recueillent sur le web.

II. Les jeunes marocains et l’Internet

D e nos jours, les nouvelles technologies de l’information et de communication (NTIC) revêtent une importance primordiale au sein de la société contemporaine, elles permettent d’offrir des services performants et diversifiés à de nombreux citoyens du monde.

Grâce aux évolutions rapides qui les caractérisent, les NTIC ont contribué à la mondialisation économique et financière et à l’internationalisation des échanges commerciaux, elles sont à la base de l’émergence d’une économie électronique et d’une nouvelle société de l’information et de communication.

Phénomène de mode, véritable révolution, l’Internet est sans doute une gigantesque manne d’informations, il est l’aboutissement logique et prévisible de deux grandes tendances : la numérisation de l’information et de la dématérialisation de l’activité économique.

Au Maroc, les facteurs de l’introduction de l’Internet sont multiples et
diversifiés ; entre autres, on trouve la nécessité d’avoir des systèmes de
télécommunications qui permettent de participer au marché global, ensuite, l’obligation d’avoir des échanges d’informations à l’intérieur du pays pour être compétitifs vis-à-vis des autres pays, mais aussi pour réduire la fracture numérique entre les différentes régions du Maroc notamment entre les zones rurales et urbaines.

L’Internet est une chance nouvelle pour le Maroc dans la mesure où il permet une véritable démocratisation de l’accès à l’information, il offre une opportunité sans précédent dans la lutte contre la pauvreté, favorise l’alphabétisation, fait tomber les barrières géographiques, accroît l’efficacité des marchés, crée des opportunités de revenu et favorise la participation à l’échelon local. Il suscite un immense espoir dans la jeunesse scolarisée.

L’implantation d’Internet au Maroc repose essentiellement sur les
infrastructures dont bénéficie le pays. Celles – ci ont été sujet de plusieurs
débats entre les différents acteurs aussi biens publiques que privés. En effet, un effort important a été réalisé par le Maroc pour étendre et moderniser le réseau des télécommunications, développer les télécommunications rurales ainsi qu’une large gamme de nouveaux services diversifiés.

C’est ainsi que le marché d’internet a réalisé en 2007 une augmentation de 31,6% par rapport à l’année 2006 puisqu’il a atteint 526 080 abonnés avec un taux de pénétration de 1,72% par rapport au nombre total de la population. Le nombre d’abonnés Internet ADSL connaît une augmentation continue avec un taux de croissance de près de 21,9%, en passant de 390 834 abonnés en décembre 2006 à 476 414 abonnés en 2007.

La répartition des abonnés par mode d’accès donne toujours l’avantage à l’ADSL avec une part de 90,6% en décembre 2007, contre 97,8% à la même date de l’année 2006. Le parc des abonnés Internet bas débit est passé de 7 862 en décembre 2007, ce qui a permis une hausse de plus de 510,1% sur une année.

L’examen de notre sujet renvoie à trois interrogations principales : Les jeunes marocains utilisent-ils l’internet à des fins positives? Y a-t-il un contrôle de ces jeunes quand à leur utilisation de l’internet ? L’Etat marocain dispose t-il d’une stratégie globale pour une bonne gouvernance de l’internet ?

Au moment où les sociétés développées avaient lancé des enquêtes pour mieux savoir l’impact de l’utilisation de l’internet sur le développement en général et celui de la jeunesse en particulier, d’autres pays, au contraire ne disposent d’études officielles en la matière. Par ailleurs, même pour ceux qui ont réalisé ce type de travail, ce dernier demeure souvent insuffisant.
Le Maroc est malheureusement classé parmi cette seconde catégorie qui n’a à son actif que l’absence de toute stratégie en matière de production d’outils visant à faciliter le traitement systématique des questions propres à l’usage de l’Internet par les jeunes.

Selon des estimations, un nombre considérable de jeunes se connectent à l’Internet à leur domicile, ils l’utilisent pour des raisons de recherche scientifique, ils confrontent généralement certains sites d’universités étrangères et téléchargent des documents ou travaux de recherches susceptibles de les aider dans la réalisation de leur thèse de fin d’études.

D’autres internautes se rendent aux cybercafés pour consulter leur e-mail ou chercher des informations et données économiques, culturelles, financières, politiques, sportives et sociales, ils vont aussi sur les sites de l’administration pour s’informer sur des démarches administratives, pour mieux connaître leurs droits, consulter les avis de concours administratifs et connaître les offres d’emplois.
Ceci dit, Cette catégorie constitue une minorité comparativement aux adeptes du “chat” et autres sites de rencontres ou de conversation.
Cependant, la majorité de nos jeunes aussi bien dans les grandes villes que dans les petits patelins, affluent massivement aux cybercafés pour s’évader un moment ou chercher de nouveaux horizons via une connaissance sur les sites “chat”.
Selon une estimation que nous avons faite dans plusieurs cybercafés à
Rabat, la plupart des jeunes marocains s’intéressent au “chat” sur les sites Yahoo Messenger, MSN, amitie.fr et autres sites de rencontres. Ces sites constituent une bouffée d’oxygène pour les jeunes marocains qui établissent de nouvelles relations avec des jeunes de différentes nationalités.
Il y a même certains internautes qui réussirent, selon nos sources, à se marier grâce aux sites “chat”.
Une autre catégorie d’internautes est beaucoup plus attirée, selon
les mêmes sources, par les jeux électroniques.

Mais ce qui est frappant, c’est qu’il y a des jeunes marocains qui fréquentent des sites djihadistes et sont soumis à de véritables lavages de cerveau, pour eux, ces sites généralement basé à l’étranger, représentent le meilleur moyen d’accès aux Fatwas, aux informations « fiables » sur l’Irak, la Palestine et l’Afghanistan .

Ces mauvaises pratiques nous interrogent sur la gouvernance de l’internet, le contrôle de contenu des sites et en fin la manière d’initier les enfants et les jeunes à cet outil et la nécessité d’intégrer en pratique les technologies dans nos organisations pédagogiques et scolaires.

Si les jeunes utilisent massivement et fréquemment le Net dans leur foyer sous le contrôle de leurs parents et pour des fins plus au moins positifs, c’est loin d’être le cas à l’extérieur, les jeunes adolescents vont sur des sites pornographiques ce qui entraîne des effets néfastes sur leur éducation ce qui nous interroge aussi sur le rôle de la famille particulièrement les parents dans l’éducation sexuelle.

Une autre catégorie de jeunes voit dans le Net un meilleur moyen d’accentuer son autonomie par rapport au cercle familial et d’augmenter son affiliation à différents groupes par la messagerie instantanée, c’est pour cette raison que la majorité d’entre eux créent des Blogs.

Le bloggeur adresse avant tout son Blog aux amis et aux gens qui le
connaissent. Mais il est aussi destiné à un lecteur potentiel, puisque l’on a bien conscience du caractère public du blog.

La majorité des blogs visionnés sont des blogs où le blogueur parle de soi, de sa vie, de ses amis, de son lieu de vie, de ce qu’il aime, des moments agréables qu’il passe, de ce qui révolte. D’autres blogs sont consacrés à un thème particulier, qui peut être de la musique, un sport pratiqué entre amis, la faculté, la diffusion de films ou encore de photos/montages etc.

L’un des principaux objectifs du blog c’est qu’il soit lu par le plus grand
nombre de personnes, et par conséquent qu’il y ait le plus de commentaires possibles. Le bloggeur va donc solliciter les commentaires des gens qui passent sur son blog en mettant des photos pour faire réagir ses amis ou encore des rubriques pour leur faire plaisir. Il peut également poser des questions aux visiteurs, lancer des sondages etc.

Les commentaires sont souvent courts et n’engagent pas de grandes discussions.
On trouve des exclamations, des commentaires comiques, des insultes, etc. Beaucoup de visiteurs y laissent leurs impressions générales sur le blog ou le bloggeur, ou sur un thème précis d’une rubrique. Certains messages n’ont aucun lien avec la rubrique, mais sont-ils l’occasion de laisser l’adresse de son propre blog. Parfois des discussions un peu plus soutenues s’engagent entre bloggeurs.

La régulation de l’Internet est constitue aujourd’hui un enjeu voire une
préoccupation des organisations gouvernementales et non gouvernementales.
En fait, la complexité et les défis de la gouvernance de l’Internet ont fait réagir toutes les parties concernées.

Il faut entendre par la gouvernance de l’Internet « l'élaboration et
l'application par l’Etat, le secteur privé et la société civile, dans le cadre
de leurs rôles respectifs, de principes, normes, règles, procédures de prise de décisions et l’élaboration de programmes communs propres à modeler l'évolution et l'utilisation de l’Internet».

La gouvernance de l’Internet repose sur des conditions minimales
indispensables à la création d'un système de gouvernance efficace : l'autorité, le droit, les sanctions et la compétence de juridiction. Ces quatre mécanismes rendent possible la gouvernance : l'autorité dirigeante peut prendre une décision politique applicable à sa juridiction, inscrire cette décision dans le droit et imposer des sanctions à quiconque désobéit.

L’Internet a le pouvoir d'influencer sur des plans très divers différents types de relations sociales et politiques. À la différence des médias classiques, l'architecture ouverte d'Internet limite les efforts des gouvernements visant à réguler les activités sur Internet ce qui laisse aux utilisateurs une très grande liberté pour influencer Internet à leur guise.

En guise de conclusion, faut-il rappeler que l’Internet reste une révolution numérique qui continue à servir toutes les catégories des sociétés humaines qu’elles soient avancées ou moins avancées, mais ce qui est important c’est de savoir comment assurer un meilleur usage de cette technologie pour être au service du développement durable.

Enquête
Le Centre for Media Freedom in the Middle East and North Africa (CMF MENA), un centre de recherche indépendant sur les medias, situé à Casablanca et Londres, vient de publier un rapport, en langue Arabe, sur les crimes de l’Internet en relation avec l’enfance marocaine, intitulé : « Les crimes de l’Internet et l’enfance au Maroc : un manuel pour la sensibilisation des enfants, parents et éducateurs. »
Basé sur une enquête auprès de plus de cent enfants de la ville de Casablanca, âgés de 10 à 17 ans, et des interviews avec des responsables dans le gouvernement et des ONG marocaines, le rapport révèle les faits suivants :
Plus des deux tiers des enfants interviewés déclarent avoir reçus des offres de voyages, de cadeaux ou de mariages par Internet (Chat) de la part des inconnus ;
Plus du quart des enfants utilisent les Internet Cafés malgré l’Interdiction des parents ;
Plus du deux tiers des enfants n’ont jamais entendu parler des crimes de l’Internet ;
Aucune ONG marocaine n’existe pour travailler sur la sensibilisation des jeunes et des parents sur les dangers de l’Internet à l’instar des centaines qui existent dans plusieurs pays ;
Le gouvernement marocain ne traite cette question que de manière timide, et se concentre plutôt sur l’aspect sécuritaire de l’Internet.
Said Essoulami, Directeur du Centre estime que :
« Le Maroc est de plus en plus visé par les pédophiles qui utilisent l’Internet pour leurrer les enfants à l’exploitation sexuelle. Les cas enregistrés ces dernières années le prouvent. Ceci doit inciter le gouvernement, les medias et les ONG marocains à lancer des programmes de sensibilisation et d’information des jeunes et des parents sur les dangers des crimes de l’Internet. Beaucoup de pays gèrent des campagnes d’éducation sur les dangers de l’Internet ; et au Maroc nous n’avons même pas un site consacré à ce problème. »
Le rapport relate les événements qui ont fait la une des journaux marocains et qui concernent les crimes commis par les jeunes marocains à travers l’Internet ou qui ont fait des victimes auprès des adolescents marocains. Il définie aussi les types de crimes de l’Internet et surtout ceux en relation avec la pédophilie. Le rapport comprend un manuel contenant des conseils pratiques visant à sensibiliser les parents et les enfants sur l’usage de l’Internet en toute sécurité afin de détecter et combattre les dangers que celui-ci peut représenter pour les enfants marocains.
Le CMF MENA enfin recommande aux autorités marocaines de lancer, à travers les medias publics et tout autre moyen de communication approprié, une campagne nationale de sensibilisation envers les parents, les jeunes et les enfants, sur les dangers de l’Internet. Cette stratégie nécessite aussi la formation de pédagogues responsables du travail de sensibilisation à l’école et, dans les centres de jeunes. Le CMF MENA demande aussi que les autorités marocaines établissent un site consacré aux crimes de l’Internet proposant des conseils aux jeunes, enfants et parents. Les ONG marocaines travaillant dans le domaine de la jeunesse et de l’enfance sont aussi appelées à s’intéresser sérieusement à cette question et de profiter de l’expérience des ONG étrangères dans ce domaine.
V.Danger d’Internet

Addiction à Internet
Internet est présent partout aujourd’hui, mais son utilisation massive présente des risques pour la santé.
Il existe plusieurs profils d’Internautes qui s’estiment très accros à Internet et ceci en fonction de leur activité principale sur le web : jeux (poker, jeux concours, etc.), jeu en réseau (Wow, Counter-Strike, etc.), chat, forum, messagerie instantanée, blog du type Skyblog, réseau social du type MySpace, Facebook, échange de vidéo du type YouTube et Dailymotion etc.
Le fait de passer tout son temps libre derrière un écran à développer des relations virtuelles risque fort de porter préjudice aux rapports entretenus avec les autres dans la vraie vie car l’on consacre moins de temps à ces dernières.
Des études montrent que les internautes accros passent beaucoup plus de temps seul que les non-internautes, à contexte social ou démographique équivalent. Bien que les activités en ligne, comme le tchat, la participation à des forums ou l’échange d’emails suppose une interaction sociale, les accros ont tendance à passer moins de temps avec leur famille ou leurs amis.
Globalement les accros du web passent moins de temps à travailler, réfléchir ou effectuer des travaux domestiques.
Ils accordent moins d’importance au repos et sont plus volontiers prêts à sacrifier leur temps de sommeil.
Les accros d’Internet ne sont pas tous ceux qui restent connectés le plus longtemps.
En revanche, des activités non professionnelles sur la toile qui requièrent une période importante (plus de 40 heures par semaine) telles que le chat, les jeux en réseau sont fortement liées à un sentiment important de dépendance.

Comment savoir si vous êtes accro?

Aller sur Internet est une des première chose que je fais le matin ou après mes cours, mon travail.
En vacances, je ne peux pas me passer d’Internet, j’y pense souvent et je planifie ce que je vais
faire à mon retour.
Je pense à mes activités sur Internet très souvent pendant la journée.
Je consacre une grosse partie de mon temps libre à mes activités sur le web.
Il m’arrive de sacrifier des heures de sommeil pour être sur la toile.
Je mange souvent devant mon ordinateur pour gagner du temps

Le risque d’une utilisation trop importante pour la santé

Un manque de sommeil, fatigue.
Des maux de tête.
Une irritabilité
Une fatigue des yeux.
Une perte ou une prise de poids selon les personnes.

Présenté par :
Youness
lakhloufi

_________________
[ندعوك للتسجيل في المنتدى أو التعريف بنفسك لمعاينة هذه الصورة]

اللهم إنك عفو تحب العفو فاعف عنا
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
https://oumelbanine.forummaroc.net
 
les jeunes et internet
الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
oumelbanine guercif :: قسم التربية والتعليم :: منتدى الثانوي التأهيلي/الثانوي :: جدع مشترك علمي-
انتقل الى: